La négativité autour de nous : un obstacle réel, mais pas insurmontable



Quand on fait du fitness, de la musculation ou un sport de force, on a généralement un obstacle commun : la négativité autour de nous. Et encore plus quand on est une femme ! Elle est omniprésente dans notre quotidien, que ce soit sur les réseaux sociaux ou même auprès de nos proches.

Le problème c’est que parfois cette négativité vous fait douter, voire renoncer. Et ça, ce n’est tout simplement pas acceptable. J’espère au travers de cette article vous aider à vous armer un peu plus face à cet obstacle, qui malheureusement est presque inévitable…

Gérer l’incompréhension des proches

Je préfère vous avertir tout de suite : essayer de faire comprendre et accepter votre mode de vie à vos proches est peine perdue. Alors bien sur il y aura peut-être une ou deux personnes qui finiront par accepter, mais ça sera très rare.

« Tu n’as pas peur de ressembler à un homme si tu continues comme ça ? »

« Fais-toi plaisir un peu, prends un morceau de gâteau ! »

1ère étape : « soyons d’accord sur nos désaccords »

Ce n’est jamais facile d’être en conflit avec ses proches, et encore moins de se sentir incomprise. On finirai même par douter de nos choix et de nos envies.

Mais ce qu’il faut réaliser c’est que nous n’avons pas tous le même système de pensée. Avec le temps vous avez changé votre alimentation pour votre santé (et votre physique), vous prenez plaisir à vous entraîner souvent et votre regard sur le corps a évolué. Peut-être qu’aujourd’hui vous avez plus de facilité à trouver un corps féminin musclé esthétique. Mais je suppose que ça n’a pas toujours été le cas, non ? Souvenez-vous en, vous aussi vous aviez une autre façon de voir les choses. Acceptez que les gens autours de vous n’aient pas eu la même évolution que vous. Une fois qu’on comprend ça et qu’on l’accepte, la suite est déjà plus facile.

L’idée ce n’est pas d’avoir raison à tout prix, c’est d’accepter nos différences pour vivre et avancer ensemble.

2ème étape : réaliser que c’est pareil pour tout le monde

Et oui, c’est pour tout le monde pareil ! Quasiment personne n’a la chance d’avoir autour de lui uniquement des gens compréhensifs. Et ça va de ceux qui ne comprennent pas, à ceux qui ne vous rendent pas la tâche facile, pensant « vous aider ». Pour moi c’est une problématique à gérer pour une majorité des pratiquantes de musculation ou de sport de force. Une fois que l’on sait ça, on se sent déjà moins seule.

3ème étape : trouver des solutions

Il y a toujours une solution à chaque problématique.

– Vous êtes invitée à un apéro dinatoire mais vous êtes en sèche et vous n’avez pas envie de passer la soirée à vous justifier ? Anticipez en prévoyant ce repas comme un cheat-meal dans votre semaine. Ou mangez votre repas avant d’y aller (oui parce qu’on n’est pas masochiste non plus hein) et prétextez un manque d’appétit pour manger « léger ». Bref anticipez et soyez créative !

– Vous êtes fatiguée de voir votre mode de vie terminer en débat stérile ? Évitez tout simplement le sujet. Après tout, vous n’êtes pas obligée de préciser que vous allez à la salle de sport 6 fois par semaine et que même en vacances vous trouvez toujours le temps de vous entraîner (bah oui il ne faut pas tendre le bâton non plus).

Les réseaux sociaux, pourquoi tant de négativité ?

C’est vraiment un mystère pour moi, mais sur les réseaux sociaux, j’ai l’impression que les gens sont très critiques allant parfois jusqu’à la méchanceté. Surtout en ce qui concerne les physiques de femmes qui pratiquent la musculation.

« Beurk je n’aime pas du tout »

« On dirait un homme, c’est trop »

Voilà le genre de message que l’on peut retrouver sur des photos d’athlète ou même de simple pratiquante. Et encore il y a vraiment très méchant, mais je ne préfère pas mettre ce genre de phrase sur mon blog, l’essentiel c’est que vous ayez compris où je veux en venir. D’ailleurs vous avez peut-être vous même déjà eu/lu ce genre de message ou commentaire.

Dans la vraie vie, on verra rarement ces personnes venir vous dire de vive voix ce qu’elles osent écrire sur les réseaux sociaux.

Bah oui, ça ne vous viendrai pas à l’esprit en croisant une personne qui a un physique qui ne vous plait pas d’aller lui dire de but en blanc que vous la trouvez dégueulasse non ?

Et pourtant, ça se fait très bien en ligne. Parfois on oublie que derrière un profil virtuel il y a une personne bien réelle, avec des sentiments et des émotions bien réels eux aussi. Les mots ont des conséquences !

Et ne venez pas me dire que vos critiques sont constructives, ou que vous êtes quelqu’un de franc et qui dit ce qu’il pense…euh non, je suis désolée mais dire des choses méchantes gratuitement, sans que l’on vous ai demandé votre avis d’ailleurs, ce n’est pas de la franchise, c’est un manque d’empathie ! Et il n’y a pas de quoi en être fier…

10554119_1699052630310560_1968513931_n

Comment gérer la négativité en ligne ?

Je ne suis pas certaine qu’il y ai vraiment de solution. En tout cas, j’ai beau réfléchir, je ne trouve pas. Et plus vous aurez de visibilité en ligne, plus vous aurez de chance d’avoir de gens qui se sentiront obligés de donner leur avis négatif sur votre physique, c’est comme ça.

Vous avez donc deux possibilités :

– L’éviter, en ne publiant pas de photo de vous.
– L’ignorer, en vous concentrant sur les messages positifs.

Mais surtout, ne perdez pas votre temps à essayer d’y répondre !

Partager cet article

Et si vraiment vous êtes à court d’idée quand vous faites face à trop de négativité, répondez en partageant cet article, on ne sait jamais, ils pourraient finir par calmer un peu leur méchanceté…

Votre corps, vos choix

Pour terminer, rappelez-vous que c’est votre corps et que personne n’a à vous dire à quoi vous devez ressembler.

Ressemblez à ce que vous voulez et ne vous laissez pas démoraliser par la négativité autour de vous.

Que vous soyez mince, plantureuse, musclée, avec de grosses fesses, de petits seins, de larges épaules, de gros mollets…bref peu importe, ce qui compte c’est que vous soyez en phase avec vous-même.

Bien sur, c’est plus facile à dire qu’à faire. Concentrez-vous sur le positif autour de vous, concentrez-vous sur vous.

Donnez votre avis

D’ailleurs en parlant de vous, vous pensez quoi de tout ça ? Vous aussi vous avez eu à gérer ce genre de chose ? N’hésitez pas à partager vos expériences en commentaire !

tumblr_mxyu6uMCiZ1r5x7xno1_500

« Ressembler à tout le monde ? C’est nul :) »Gwen

Qui suis-je ?

Gwen

Hello ! Moi c'est Gwen, j'ai 33 ans, je vis à Lyon et suis entrepreneuse web passionnée de musculation (la vraie, avec des poids et tout) et de nutrition depuis 10 ans. Mon objectif : convaincre un maximum de femmes à pratiquer la musculation et à trouver l'équilibre entre santé, plaisir et performance. Plus d'infos pour les curieux...

33 thoughts on “La négativité autour de nous : un obstacle réel, mais pas insurmontable

  1. Bonjour Gwen,
    Merci pour tes articles très intéressants. Je fais de la muscu depuis 4 mois et je me suis prise de passion pour ce sport ce qui me vaut bien évidemment quelques commentaires. De voir que je ne suis pas le seule redouble ma motivation.
    Encore merci :)
    Fabienne

  2. C’est incroyable comme le hasard ou le destin fait bien les choses : tomber sur cet article dans une période où je rencontre ce type de problème.
    J’ai 23 ans, j’ai perdu, en un an et demi, 34kg. Aujourd’hui mes objectifs sont tout autres et cela fait maintenant trois mois que j’ai débuté le culturisme. Selon moi cette perte de poids m’a conditionné à avoir un regard sur mon corps, à le travailler et le façonner. Rien de plus normal de faire parti du monde du culturisme à présent. Bref, là n’est pas le sujet.
    Je suis arrivée à un stade où mes proches (amis, famille) me font des reproches, comme de passer plus de temps à la salle de sport qu’avec eux, de manger différemment qu’eux et les mettant mal à l’aise voire les faire culpabiliser. Certains essaient même de te décourager « Non mais Laura arrête, tu es très bien maintenant. Et puis tu as toujours été ronde, tu n’es pas faite pour avoir ce type de physique ». C’est dur, très dur. J’ai beau essayer de leur expliquer pourquoi ce choix, comment ça fonctionne, pourquoi manger comme ça, pourquoi toute cette rigueur, et ça ne marche pas. J’ai abandonné et ai trouvé des stratégies. La plus simple, et qui pour le coup fonctionne à tous les coups, est l’authenticité. Je leur dis simplement que ce sont mes choix de vie, je ne juge pas les leurs et donc qu’en retour j’attends d’eux qu’ils respectent les miens. Comme dit dans l’article, l’évitement est une bonne solution. Lorsqu’on me pose des questions sur le sport, je dis simplement que je vais dans une salle. J’en dis ni trop, ni pas assez.
    Les personnes avec qui par contre j’ai beaucoup de mal à gérer cette situation, sont celles qui sont jalouses et envieuses. Elles rejettent leur frustration sur toi inconsciemment et t’en font baver. Dans mon cas ces personnes sont les plus proches de moi et les plus cruelles. Paradoxal n’est-ce pas ?
    J’ai très peu d’amis issus de ce milieu étant novice; cet article m’a permis de voir que nous sommes nombreuses à faire face à ce genre de comportements. De plus j’ai pu vider mon sac par le biais de ce commentaire. Une thérapie qui fait un bien fou.

    1. Merci Laura pour ton partage :)

      Comme tu dis très bien : ce qui dérange c’est de leur renvoyer l’image de leur propre échec et frustrations, ils « culpabilisent ». Et c’est peut être ça le problème, pourquoi culpabiliser ? Tu ne leur demande pas de faire comme toi, à eux aussi d’assumer leurs choix. On peut parfaitement bien vivre ensemble sans avoir le même mode de vie.

      Tu verras avec le temps ils finiront pas se lasser et s’habitueront. Aujourd’hui quand on va chez de la famille, ils prévoient toujours d’avoir des œufs et autres aliments spécialement pour nous :)

      Gwen

  3. Hello Gwen!

    Merci pour cette article car je ressens beaucoup de négativité autour de moi et effectivement sa me démotive parfois car tous mes amis sont des fétards invétérés et ils se moquent un peu de moi quand je ramène a redbull zero ou que j’évite de trop boire ou que je mange pas pareil qu’eux.. Après la motivation ne tient qu’à nous mais c’est vraie que sa me déstabilise pas mal d’osciller entre la fête et un mode de vie sain.. Je suis un peu bloquée car je n’ai pas envie de perdre mes potes non plus.. En tout cas merci pour ton article sa m’a permis de comprendre que j’étais pas la seule.
    Hâte de lire tes articles !

    1. Merci Charlène :)
      Oui comme tu le vois tu n’es pas la seule, on a toute la même problématique. Ce n’est pas toujours facile au quotidien mais avec le temps on y fait moins attention et on arrive à avancer. L’avantage aussi c’est qu’avec le temps les gens s’habituent et nous rendent la tâche plus facile ^^
      Gwen

  4. Bonjour Gwen, je viens aux nouvelles et j’espère que tu va bien
    On a hâte de te lire à nouveau, je suis certes nouvelles et je pourrais découvrir tous les autres vieux postes
    A très bientôt j’espère

  5. Bonjour, j’adore votre article.

    Je précise que je suis une femme de 63 ans et que je pratique de la muscu depuis mes 14 ans (avec des interruptions). Je pense avoir été l’une des premières femmes au monde à avoir forcée la porte d’une salle de musculation…. C’était en 1967.

    On a fait du progrès, depuis. Grâce à des filles comme vous entre autres ;-)

    1. Bonjour Magda,

      Effectivement en 1967 il a dû falloir beaucoup de courage pour se lancer dans cet univers très masculin…De nos jours c’est un peu mieux, mais ce n’est pas encore ça. On y travaille :)

      Gwen

  6. Je suis complètement d’accord avec toi. Il y a trop des stéréotypes autour de nous mais il faut quand même toujours faire ce qui nous rend heureux.
    Merci pour l’article. Je vais le partager sur mes réseaux sociaux.

  7. Se faire critiquer c’est une autre façon qu’on s’intéresse à vous, la procrastination et la fainéantise sont des phénomènes assez présent dans notre monde d’aujourd’hui où l’on a pris des mauvaise habitude avec l’arrivé de la nouvelle technologie
    Personnellement je me fous du regard des gens sauf celle de mon amoureux et pour lui je suis la plus belle avec où sans muscle ;-)

  8. Salut Gwen,
    Merci pour cet article. Les réactions qu’il provoque chez tes lecteurs prouvent qu’on est nombreux à souffrir de notre passion pour le fitness et pour le respect d’une alimentation adaptée à nos objectifs.

    Dès qu’on sort des habitudes alimentaires ou comportementales, on est catalogués.
    Tu manges ta lunchbox de Quinoa, brocolis & poisson au boulot => Tu fais un régime, alors que franchement, t’as de la marge.
    Tu manges une collation plus élaborée qu’une pomme dans l’aprèm => Tu manges tout le temps !
    Tu fais de la muscu => Bah ouai ça se voit, t’as des gros bras. Tu veux ressembler à un homme ?
    Tu prends des protéines => T’es folle, c’est mauvais pour la santé !
    Tu ne manges pas un des croissants qu’Alex a ramené ce matin => Lol c’est pas un croissant qui va te faire grossir.

    On ne peut pas plaire à tout le monde. On ne fait pas tous les mêmes choix. Je sais bien. Mais j’ai l’impression que les gens ne se donnent même pas la peine de nous comprendre. Bien souvent, les gens qui s’investissent profondément dans le fitness & recadrent leur alimentation sont des gens qui étaient complexés, en avaient marre de ne pas être heureux dans leur corps, n’avaient pas confiance en eux.
    Finalement, en critiquant ces personnes, c’est plus que leur physique qui est attaqué…

    Toujours un plaisir de te lire :)
    Jen

    1. Je rebondis particulièrement sur cette réponse qui m’a bien fait rire. Je précise tout d’abord que je suis un homme (ben oui, ça m’arrive de lire des blogs féminins), et pourtant je me retrouve tout à fait dans ces écrits :
      Une de mes journées types en matière de nutrition (paléo) et entrainement, c’est environ sept repas par jours (mini), dont trois sur les heures de bureau (10h, 12H, 16H). Forcément, quand je sors mes pancakes banane, j’ai moi aussi droit à un « Tu manges tout le temps ». Et quand c’est un shake de protéines, c’est plutôt « un beurk, c’est dégueu, ton truc  » ! Et quand j’explique ce qu’est un workout kettlebell (quetell koi ??), on me regarde comme si venais d’une autre planète. Même en tant qu’homme, on a finalement droit aux critiques. Personnellement je m’en moque, je continue ma diet paléo, et mes séances kettlebell. Je préfère préserver ma santé, les critiques n’ayant jamais tué, finalement.
      J’ajouterai juste que pour X individus qui se montrent négatifs (par jalousie ?), combien peuvent apprécier les physiques d’athlètes féminines sans le dire ? Perso, entre les physiques des mannequins qu’on nous montre à longueur de temps, et ceux d’athlètes comme Brooke Ence, Camille Leblanc-Bazinet ou Christmas Abbott (pour ne citer qu’elles, mea culpa pour les autres), mon choix est vite vu : vive les femmes au corps bad ass comme disent les anglos-saxons.
      Alors, mesdames et mesdemoiselles, continuez la musculation, ou le crossfit, ça vous va tellement mieux, que les corps minces sans muscles.

      1. Merci David pour ton commentaire, en effet vous aussi vous n’êtes pas épargnés ^^

        Gwen

  9. Vraiment un super article, car les gens négatifs il y en a hors de la salle, avec les « Ah, tu fais un régime ?? » Bah non je suis en sèche….mais aussi parmi les pratiquants hommes qui se demandent ce qu’on fait dans « leur » milieu !
    Bon, pas grave, se motiver, se concentrer sur ses progrès et tans pis pour le reste !
    Merci pour tes articles Gwen, continues on adore !!

  10. La méchanceté des personnes qui critiquent vient généralement : soit d’un manque de connaissance – et là elles feraient bien de venir sur ton site Gwen pour être bien informées sur la muscu au féminin, elles changeraient certainement d’avis ;o) – soit d’une jalousie mal placée, soit plus grave … d’un hyper narcissisme. Beaucoup de gens le sont, hyper narcissiques : critiquer et rabaisser les autres pour combler un manque de confiance total en soi. Soit… le mieux est de les ignorer et de se dire qu’on trace sa route pour atteindre ses objectifs peu importe ce qui vient sur notre chemin; c’est parfois très très difficile de faire abstraction de toutes ces méchancetés mais douter de soi à cause de la négativité autour de soi, oui, Gwen, tu le dis très bien cela est INACCEPTABLE ! Notre vie nous appartient; on en fait ce qu’on veut et de notre corps aussi, le plus important est juste de ne pas rajouter du malheur et de la négativité, justement, à celle qui existe déjà dans ce monde.
    Je suis loin de votre niveau en muscu car je débute (avec le super programme perso de Gwen !) donc je donne mon avis de débutante: avant de commencer, mon objectif était « juste » du raffermissement musculaire en général, les cours collectifs ne me convenant pas du tout, mais au fur et à mesure que je pratique la muscu, je le vis aussi comme une manière d’être à l’écoute de mon corps, de découvrir que par ex. finalement, ben oui, j’ai plus de force dans les bras que ce que je croyais, que je peux utiliser tel muscle pour faire tel mouvement et que ben, moi aussi ptet que je pourrai soulever des trucs super lourds, comme une primate, avec l’entraînement :o) accroître ma force etc. je me surprends parfois à viser plus loin que du « simple » renforcement musculaire… alors quand je rencontre des personnes qui me disent « ah oui, tu as repris le sport, tu fais quoi? de la zumba ou un truc de fitness » et quand je dis qu’il s’agit en fait de muscu, petit temps d’arrêt, puis on me dit « ah de la muscu ?! … (puis on rigole ou on ouvre de grands yeux)… wai je vois, histoire de te maintenir en forme, quoi » avec l’air de dire qu’à mon âge (46 ans) et en plus débutante et en étant une nana, faut même pas que j’ose imaginer développer un corps super musclé et viser les concours ! (j’ai déjà eu ce genre de réflexion texto) pfff tellement marre de ces gros clichés …!
    Le plus important est de toujours être en accord avec soi, à faire les choses, fréquenter les personnes, etc. qui vous rapprochent chaque jour de plus en plus de ce qui est juste pour vous.

    1. Merci Flo pour ton commentaire, je suis tout à fait d’accord avec toi !
      Bravo pour ta progression et surtout continue à faire ce que tu as envie :)

      Gwen

  11. personnellement, je n’ose même plus dire que je fais de la musculation. Je le dis aux personnes en qui j’ai vraiment confiance et qui ne me jugeront pas. J’ai déjà eu des remarques : « c’est pas beau les muscles pour une femme », « Tu dois arrêter, sinon tu vas ressembler à un homme ».

    Je n’ai pas envie de partir dans les discours explicatifs donc j’arrête la conversation, je passe à autre chose. C’est sûr que ça passe toujours quand on dit qu’on fait de la course à pied, du cardio ou autre mais la musculation, ça ne passe pas et c’est bien dommage.

    Mais je m’en fiche, je continue ! trop contente de soulever un peu plus lourd à chaque séance, de me faire plaisir et de me dire que je fais ça pour moi ! Je ne peux pas aller à la salle donc je fais tout chez moi et je commence à avoir pas mal d’équipements !

  12. Haha oui ressembler à tout le monde c’est nul !!
    Personnellement, j’ai déjà eu des remarques à la con du style, « ah mais t’es une femme, faut plutôt faire du squat et pas trop travailler les bras (de pratiquants eux même lol) » « tu vas ressembler un homme », « tu vas tomber dans le dopage, c’est un cercle vicieux » blablabla… J’ai répondu au premier « tu aimes la musculation ? bah moi aussi » et quand aux autres, je leur répond que « c’était peut-être mieux l’époque où je picolais et faisait la fête tout le temps et que j’étais fat, que c’est si dommage à ce point là que je fasse attention à moi et à ma santé ?? » A cette phrase tout le monde s’est tu…
    Après j’ai appris à m’en foutre, bien que ça m’ait énervée au début, de ce que pense les gens, je sais que maintenant je suis beaucoup mieux qu’avant physiquement et ça personne ne me dira ou me fera croire le contraire.
    En tout cas, oui Gwen tu as raison d’écrire cet article, Je pense que tu as dû ramasser des conneries récemment pour avoir eu envie d’écrire tout ça et tu fais bien car ça nous encourage toutes ! Ne jamais laisser qui que ce soit nous mettre des bâtons dans les roues en ce qui concerne la muscu (sinon une paire d’haltère dans les dents de certains puis c’est réglé^^).

    Des bisous !

    1. Oui c’est très classique tout ça ^^
      Déjà que c’est pas facile de convaincre les femmes de faire de la muscu, mais là ils m’aident pas avec toutes ces bêtises ^^
      Bisous

  13. Merci beaucoup pour cet article qui fait du bien à lire car on se sent moins seule en le lisant. Ce n’est pas facile de prendre des réflexions désobligeantes sur ton physique et des sous entendus sur une suspicion d’utilisation de produits interdits, cela m’a conduite à une remise en question et j’ai fait un régime « à la con » pour essayer de m’affiner :/ Résultat des courses: j’ai perdu une grosse part de muscles, j’étais tout le temps fatiguée et j’avais le moral dans les chaussettes :( Alors Fuck les autres, ceux qui me trouvent mannish ou les mecs qui compléxent en voyant mes bras, je suis comme je suis, je me construis le corps qui me convient :D D’ailleurs mon mari et mes filles sont fiers de moi ^_^

    1. Ah mince…comme quoi c’est fou l’impact que les mots des autres peuvent avoir !
      C’est super que tu n’y fasse plus attention aujourd’hui.
      Tu es comme tu as envie, et puis quoi qu’il arrive on ne plaira jamais à tout le monde donc à ce compte là autant se plaire à soi même avant tout :)
      Et vive les biceps ^^

  14. Oh il est vraiment bien écrit ton article bravo !
    C’est vrai qu’il est difficile d’être imperméable a ce que les autres peuvent penser du mode de vie que l’on choisit. Comme la fois où j’ai assisté a une discution entres des nanas dans l’ascenseur a base de : les filles qui ont des abdos c’est degueulasse, elles sont trop musclées : c’est pour ça je fais pa trop de sport, pour pas ressembler a un mec! Euhhh t’inquiète pas pour les abdos, les muscles ça pousse pas spontanément !
    Personnellement je reste vague sur le sujet, je dis que je fais du sport, sans m’etaler sur les entraînements, la diète et la whey (surtout pas la whey !!). Bon par contre lorsque que je rencontre une homologue qui pratique la musculation ça me fais bien plaisir de pouvoir discuter sans tabous !
    Et puis parfois les gens changent d’avis : ma soeur qui ne voulait pas porter de poids, m’a demandée de faire une séance avec moi par semaine : il ne faut pas brusquer les choses !
    Et puis c’est nous qui vivons dans notre corps alors c’est la chef des lieux qui décide !

  15. La négativité autour de nous est un vrai problème, et s’impose quels que soient nos choix… j’ai choisi d’essayer d’être plus positive pour le mois de février, et de ne pas me laisser influencer par la negativité des autres. Difficile mais nécessaire ! Donc merci pour cet article qui tombe à pic :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *